L’utilisation de drones par les autorités afin de faire respecter les mesures COVID ont fait grand bruit dans la presse, tant en France qu’en Belgique.

En effet, en Belgique, par exemple, certaines zones de police avaient manifesté leur intention de procéder à une surveillance des habitations privées  l’aide de drones afin de s’assurer que le nombre de convives présents respectaient le nombre autorisé.

 

En Belgique, l’Organe de contrôle de l’information policière intervient.

L’Organe de contrôle de l’information policière, l’institution parlementaire fédérale autonome en charge de la surveillance de la gestion de l’information policière, et est l’autorité de protection des données pour la police intégrée, l’unité d’information des passagers et l’inspection générale de la police fédérale et de la police locale, s’est ainsi saisi de ce dossier sensible.

Après une visite auprès de la zone de police concernée, l’Organe reproche à celle-ci un manque de précision quant aux lieux surveillés, un manque de précision quant à la nature de la surveillance, ainsi que, et surtout, l’absence de réalisation d’une analyse d’impact conformément à l’article 35 du RGPD.

 

En France, c’est le Conseil d’Etat qui s’en mêle.

Après avoir été saisi par la Quadrature du net et la Ligue des droits de l’homme, le juge des référés du Conseil d’État a pris la décision d’ordonner à l’Etat de cesser immédiatement la surveillance par drone du respect des règles sanitaires.

Il est fait reproche à l’Etat d’avoir totalement ignoré la règlementation sur la protection des données personnelles en prétendant que le matériel utilisé ne permettait pas l’identification des personnes, alors qu’il a été démontré que les drones utilisés en avaient, au moins théoriquement, la capacité.

Permanence en cas de violation de données

Êtes-vous impactés par le gigantesque et malheureux incendie survenu cette nuit dans un des datacenters #ovh ? Si oui il se peut que des données à caractère personnel que vous traitez en qualité de responsable de traitement soient, temporairement ou définitivement,...

La copie de données par un ex-employé constitue une violation de données personnelles que vous devez notifier à votre autorité de contrôle !

Imaginons le scénario suivant : pendant sa période de préavis, le salarié d'une entreprise copie les données commerciales de l'entreprise à laquelle il est autorisé à accéder, et dont il a besoin pour remplir sa mission. Des mois plus tard, après avoir quitté son...

Le guide pratique de la CNIL sur la durée de conservation des données

Le RGPD impose au responsable de traitement que les données qu'il traite soient conservées sous une forme permettant l'identification des personnes concernées pendant une durée n'excédant pas celle nécessaire au regard des finalités pour lesquelles elles sont...

Gros coup de frein sur l’utilisation de drones en période covid

L'utilisation de drones par les autorités afin de faire respecter les mesures COVID ont fait grand bruit dans la presse, tant en France qu'en Belgique. En effet, en Belgique, par exemple, certaines zones de police avaient manifesté leur intention de procéder à une...

Cookies et traceurs : la CNIL vous explique tout

Les cookies sont de « mini fichiers » qui peuvent être placés sur l’appareil d’un utilisateur connecté à Internet, comme un ordinateur, un téléphone, une tablette ou encore une télévision intelligente. Les cookies peuvent être utilisés pour recueillir ou stocker des...

Intrigué(e) ? Intéressé(e) ? Parlons-en autour d'un café

10 + 1 =